Les crypto-monnaies, encore une dernière fois pour faire le beau.

Le loup de Wall Street : nombreuses nouvelles images - Galerie

C’est plongé dans mes graphiques durant ces longues nuits sans sommeil à frissonner pour mon short à levier quand des mèches vertes s’allument pour le liquider ou mon long virant à la catastrophe teintée du rouge baissier que je me suis demandé ce qui me motivais toujours.

Les filles encore et toujours elles. Les femmes, en commençant par ma mère, celles de substitution ensuite, puis toutes les autres depuis ma plus tendre enfance à leur quémander, déjà en usant d’artifices, gestes tendres et câlins.

Passé onze ans, les papouilles platoniques familiales s’estompèrent , la recherche insatiable du trésor féminin jusqu’à ce jour ,certainement à l’orée de ma mort commença.

Éternel queutard, toujours en chien de désespoir, c’est un véritable parcours d’obstacles dantesques que j’ai dû affronter. Un  tirailleur sénégalais de la baise aux anecdotes toutes plus déjantées les unes que les autres. La vie n’est pas un fleuve tranquille dit-on, mais pour le matou de gouttière à souris, c’est encore plus retors.

Il faut s’être retrouvé dans une ferme au fin fond des Mont d’Arrée en plein hiver pour une belle des champs entourée de sa fratrie de dégénérés consanguins, des bestiaux de cent kilos, aux yeux bovin qui me reluquaient placidement, sournoisement comme le cochon qu’ils avaient saigné, tué la veille à grands coups de mandrin. J’ai tenu un mois tout de même. Elle avait de beaux atours, une fraîcheur impudique si naturelle qui me ravissait les sens à l’extase. J’ai dû fuir avant que ses frères finissent par me faire un mauvais sort à coup de pioche. À peine majeur et terminer au fond d’une fosse à lisier très peu pour moi. C’est à six heures du matin, sans même l’avoir réveillée, sans même avoir goûté sa bouche une dernière fois que je me suis retrouvé sur la route, à pied, en direction de Carhaix , sa gare, la civilisation, le TGV, le retour à Paname, à la vie de sauteries estudiantines.

Car il n’y avait pas que moi comme corniaud de la trique, il y avait aussi mon pote Jeanjean, deux traine-lattes, deux pousse-mégot, on s’était dit qu’a nous deux, nous aurions peut-être la chance pour un, ce qui n’était pas faux en pratique. Encore fallait-il se partager équitablement les prises. Là, commencent toujours les embrouillent, mais elles n’ont pas réussi à altérer notre amitié jusqu’à ce que tu partes, il y a déjà dix ans, tringler le céleste. Adieu Jeanjean, je t’aimais bien, tu sais.

Il lui en est arrivé une bien bonne à ce pauvre Jeanjean, mon compagnon de famine sexuelle jamais rassasiée. Un patchouli revenu d’une virée en mer pour camés du Père Jaouen lui fila le mauvais tuyau, le plan à éviter, les cigarettes pour asthmatique Louis Legras en vente à l’époque librement en pharmacie. Vous vous faisiez une décoction/infusion avec ces clopes et c’était parti pour un grand tour de manège à la datura, durée huit heures minimum avec éléphants roses à la clef garantis sur facture. Le pauvre Jeanjean ce n’est pas des éléphants roses qu’il a vu, mais des dragons ailés et une mauvaise rencontre qui lui laissa au fond une trace indélébile et pas qu’à son amour-propre.
Je l’avais laissé seul à Paris pour les fêtes de fin d’année , j’étais reparti en Bretagne, je vous rassure pas chez les pécores cinglés des Mont d’Arrée, mais sur Brest butiner une autre fleur de granit. Mon Jeanjean se retrouvait seul dans notre piaule vue sur le cimetière Montparnasse. J’aurais du m’en douter que cela allait mal se passer, d’ailleurs dès que je partais quelque chose se passait mal, mais tout de même. 31 décembre au soir, le Jeanjean se fait sa tisane des enfers avant de sortir dans les rades du 14e, pousser à Malakoff retrouver d’autres potes. C’est ce qu’il a pu confusément me raconter par la suite. Où s’est-il retrouvé ? Où est-il allé ? Ni lui ni personne n’a pu le savoir précisément. Il aurait levé une magnifique créature qui l’a raccompagné chez elle, tout va bien, super nuit de la Saint-Sylvestre pour notre Jeanjean, sauf que la bombasse s’est avérée être un travelo brésilien monté comme un baudet du Poitou, Charente Poitou ça rentre partout… Mal au fion, saignements, baston,pompiers direction les urgences à l’Hôtel-Dieu pour tomber sur un interne complètement bourré, de garde le jour de l’an, qui lui a recousu l’anus avec une guirlande argentée. Le toubib n’a pas poussé la plaisanterie jusqu’au bout, il aurait pu lui greffer une troisième couille avec une boule de Noël piquée sur le sapin du hall d’entrée.

Là ou c’est placé cela cicatrise très difficilement. Trois mois à dormir sur le ventre, ne pas pouvoir s’asseoir, la drogue, c’est mal Jeanjean.

Publicités

Fibonacci ta mère !

ext

 

Cryptos ton Univers impitoyable, me revoilà en immersion non pas avec les baleines, les planctons ou autres requins de la Blockchain, mais avec un pathétique, un presque drôle malgré lui, un émouvant Youtubeur vendeur de formations « trading » tartignoles pompées je ne sais où sur le Net. Un cas lui, une synthèse en saindoux. Un gros loukoum rebeu, toujours chez ses vieux en HLM, dans sa chambre d’adolescent qu’il n’a toujours pas quitté à trente ans passés. Ce n’est pas possible, il doit se faire six mois de ramadan par an à bouffer la nuit comme un goret pour ressembler à ça.

Je me suis infligé trois de ses vidéos à la suite…
À la dernière, j’étais prêt à lui acheter sa « formation » par pitié comme j’aurais lancé une pièce jaune à une jeune rom trop collante pour m’en débarrasser à peu de frais à défaut de lui coller mon pied au derche.

Bordel de merde Mouloud, putain c’est la loose totale ! C’était trop sport d’arracher des sacs à main ? Tu craignais de te faire rattraper à la course par une octogénaire ou quoi ?

C’étaient ces vidéos crypto-monnaies pour redoublant de lycée pro, vendre ces formations bidons, elles ne t’ont certainement pas enrichi vu ta dégaine dans ton polo cradingue, sans forme d’où dépassent les bourrelets de ton gros bide

Ça ou dealer des barrettes de dope au pied de la tour comme les frangins. Enfin, s’il le peut toujours… Le pauvre vieux Mouloud, s’est définitivement grillé à scammer sans le savoir tous les RSA des zivas  du quartier avec ses shitcoins qui valent aujourd’hui peau d’zob.

Tu as grave bitcoin déconné Mouloud. Il faut dire qu’à force de gueuler comme un putois « biiiitconnect, biiiitconnect » à pas d’heure tous les choufs de la cité lui balançaient des canettes vides sur la trogne dès qu’il pointait son vilain museau dehors.

Non, Mouloud, t’es pas tout seul, mais arrête tes grimaces, soulève tes cent kilos, fais bouger ta carcasse, je sais que t’as le cœur gros,mais il faut le soulever Mouloud, pour toi , pour eux. Pense un peu à ta petite sœur Aïcha la pudique qui commence sa carrière de cam-girl dans sa chambre d’à coté. Montrant à qui paye, ses mandarines qui lui servent de seins et son berlingot mal épilé. Tout ça pour s’acheter des contrefaçons merdiques, de faux sacs Vuitton en plastocs ou d’immondes tee-shirts siglés Gucci de Marrakech.

À moins qu’elle aussi ne pense qu’à se faire une petite gratte grâce à son corps juvénile. Eviter de recroiser la fois de trop, dans la cage d’escalier, tonton Mohamed revenu récemment du bled en rut comme à chaque fois Inch’Allah. Elle ne pourra pas courir toujours la plus vite, Aïcha le sait bien, il faut vraiment, vraiment qu’elle se tire d’ici par tous les moyens et fissa Aïcha.

Toi qui passes sur la chaîne YouTube à Mouloud achètes lui une formation même et surtout si tu ne la liras jamais, fais le pour lui . Qu’il remonte dans son estime, celle de sa famille, de ses derniers potes ,s’il lui en reste.. Qu’il retrouve le chemin de la salle de bain et se mette des fringues propres sur le dos. Sinon, fais-le pour Aïcha, elle est si jolie la petite Aïcha, belle comme un soleil, avec ses étoiles pleins les yeux et ses rêves tous colorés en Shéhérazade. Elle mérite mieux que faire la pute à poil sur son lit derrière une webcam en espérant se barrer au plus vite de ce cloaque à voilées aux murs grisâtres, le tout gris renfermé à jamais du béton armé. Penses-y au lieu d’enrichir des raclures les doigts de pieds en éventail sous les tropiques déjà blindés de leurs dernières ICO pour gogos à cryptos.

Qu’elle est belle mon ICO poto !

DQmavLdSC3ShZvYvT7gjgTDN6ECBA3NzyJfDxNBTuMdxpPu

Connecté depuis 1995 sur le Net avec un modem RTC 28800 bauds bip bip biiiiiiip, les vieux crabes comme moi s’en souviendront, j’ai connu l’époque des start-up numériques qui ont fait pour la plupart un magnifique flop au tout début 2000, la bulle Internet.
Sans rire, avant le crack ,voulu et préparé, les péquins de l’époque se précipitaient dans leurs agences bancaires ( les escrocs parasites officiels) pour demander à leur conseiller financier ( quel mot pompeux pour un/une traîne-latte qui n’est là que pour vous soutirer encore plus de fric) de leur acheter du .COM.
Autant pisser sur son minitel !

Ces types avaient des business models foireux et cherchaient les capitaux de pigeons à l’aide de redoutables roublards, les business angels mais au moins, ils proposaient (que sur papier très souvent) quelque chose de concret ; comme vendre des places de parking ,de la nourriture pour chat en ligne, de prêter sa belle-mère pour arroser les plantes vertes à domicile ou l’inverse je ne sais plus, bref vous pouviez vous faire une idée du juteux placement en devenir.

Aujourd’hui avec les crypto-monnaies, surtout les fameuses ICO des gugus inconnus, dont pour beaucoup il est impossible de vérifier l’identité, te demandent de leur acheter des jetons (Token) sans la moindre contrepartie tangible, d’une boite enregistrée légalement nulle part,dont 90% des gogos qui passent à la caisse ne pigent même pas le concept s’il y en a  même un.
Ignorant même si la « société » en question va être listée sur une plateforme de trading de crypto-monnaies et quand.
Le plus incroyable c’est qu’ils arrivent à lever des montants impressionnants, des centaines de millions sur du vent, du néant le plus total les trois quarts du temps. Chapeau les gars !

Sérieusement en lançant un billet de 100 euros de sa fenêtre un jour de grand vent ,vous auriez plus de chance de retrouver un matin votre pognon que vos fonds investis dans ces daubes d’aigrefins virtuels qui sont de véritables escroqueries bien réelles.

 

Nous , les islamistes , Toi et Ta « France ».

CelYMOjWIAEgiTP

Ces années de haine dont tu nous accuses en sous-mot sont celles de Ta France.

C’est Ta France qui, dans un besoin de se croire indispensable et irréprochable, a pris pour prétexte les nobles valeurs de partage, de tolérance, d’ouverture afin de les bafouer sans retenue dans son combat « chevaleresque » contre nous : les souverainistes, les patriotes « l’ennemi » que Ta France a désigné.
Tu nous accuses de mensonge et désinformation, ce que Ta France pratique quotidiennement depuis des décennies afin de détourner l’attention et pour cacher ses propres magouilles, ses manipulations et sa corruption.
Tu nous accuses d’islamophobie, néologisme de Ta France bien-pensante qui veut dénaturer le refus volontaire d’une idéologie radicale en cherchant à la faire passer pour une maladie externe à l’Islam.
Mais Ta France ne connaît rien de l’Islam. Ta France n’a jamais lu le Coran et la Sunna. Ta France se contente de suivre aveuglément la pensée unique qui ne sert qu’à défendre les intérêts de ceux qui sont financés par le pétrole du Moyen-Orient.

Hier, Ta France défendait les mosquées et autres écoles coraniques salafistes et wahhabites, sans ne serait-ce que chercher à savoir ce qu’elles sont véritablement.
Aujourd’hui Ta France commence mollement à réaliser qu’elle a activement participé à la radicalisation islamique de sa société.

Tu nous accuses de xénophobie, autre néologisme de Ta France bien-pensante diabolisant toute tentative de contrôle, même raisonnable, des frontières que Ta France a activement œuvré à anéantir.

C’est pourtant bien Ta France qui s’enferme à double-tour le soir venu et évite soigneusement certains quartiers, sachant pertinemment qu’elle serait en danger si elle y pénétrait.

Hier Ta France insultait les citoyens qui avaient l’insolence de hisser le drapeau français, les traitants de sales fachos xénophobes.

Aujourd’hui, la chose qui sert de président à Ta France, récupère de ce même symbole dans une vaine tentative de propagande politico-politicienne.

Ta France est celle qui, après plusieurs décennies d’assistanat envers les étrangers, après plusieurs décennies à vomir sur ses propres concitoyens et inciter ceux d’autres pays à venir se servir gracieusement, Ta France toujours offre sans retenue la nationalité à tort et à travers, c’est Ta France qui a créé une dette de 2 000 milliards d’euros !

C’est Ta France qui a créé artificiellement ces pseudo-français qui arrachent et brûlent le drapeau Français pour brandir celui de leur « pays de cœur » à toutes les occasions et qui n’ont de toute façon aucune sorte de respect pour Ta France et encore moins pour toi.
Ta France prétend défendre la tolérance pourtant Toi et Ta France êtes intolérants envers ceux qui font l’affront de refuser votre pensée unique.

Ta France prétend rejeter les amalgames pourtant Ta France est la première à généraliser et faire l’amalgame entre des ultras minorités radicales et les véritables patriotes quelles que soient leurs origines.

Toi et Ta France avez raison d’avoir peur.Toi et Ta France êtes responsables du régime totalitaire que nous subissons aujourd’hui.

Toi et Ta France êtes complices et coupables de la situation dans laquelle La France se trouve aujourd’hui : crise économique, crise politique, crise identitaire profonde, dette, austérité, etc.

Toi et Ta France êtes les traîtres qui ont permis et facilité l’infection métastatique de la cinquième colonne islamique à tous les niveaux de notre société.

Toi et Ta France êtes complices et coupables des terroristes qui ont fait de Toi et Ta France,de nous tous aussi malheureusement,des futures victimes de la barbarie islamique.

L’Insurrection qui vient…Porcherie! Porcherie!